home

Paraphysique du viol

warning: Creating default object from empty value in /home/members/phillyimc/sites/phillyimc.org/web/sites/all/modules/mailhandler/mailhandler.module on line 855.
by

Le viol du corps est le viol de l'esprit...

            "Seul l'écrivain sans public peut se permettre le luxe d'être sincère. Il ne s'adresse à personne; tout au plus à soi-même. "

                                                    E.M. Cioran (1911-1995) "Le mauvais démiurge"

Et même si le gène
FOXP2 est le bagage
Pour le langage
C'est néanmoins, la culture, qui le mène
Et puis les chiffres
Ne font que nous égarer
Quand bêtement, nous voulons comparer
Car tout différemment, est organisé
Entre l'homme et le chimpanzé
Cela n'est pas un code génétique
A 99 pour cent identique
Mais plutôt, 40 millions
De mutations, 20 millions
Pour l'homme et 20 millions
Pour le chimpanzé, et donc tout nombre
Est à toute vérité, une ombre!
Un pour cent, c'est peu
20 millions, c'est énorme, c'est pas le même feu
Toute comparaison est ainsi truqueuse
Quand on veut la réalité malheureuse
Certes, il faut hypnotiser le public
En maniant des numérations à la trique
Quand la science se veut féerique
Ce qui à la connaissance, n'est jamais bénéfique!
Partout, s'affiche la réification
D'êtres humains déboussolés, solitaires
Où tout le monde, toujours, se perd
Aucune rencontre réelle n'est possible
Quand le cerveau grille un fusible
Non, cette société n'est pas marrante
Car pour y vivre, il faut être sycophante!
Et à Krapina, en Croatie, ailleurs aussi
Le préhistorien nous le dit
D'après certains vestiges
Qui nous donnent le vertige
Anthropophage, aurait été, l'homme de Néandertal
Mais le prouver, avec certitude, reste le graal!
Et puis après?
De nos jours, nous mangeons de la viande animale
Et cela serait un moindre mal?
Et ce, sans rite funéraire
Et ce, sans rite alimentaire
Comme la crise du dipsomane
Une sorte de culte kleptomane
Manger n'importe quel animal
C'est être une sorte de cannibale
Car l'animal humain est un animal
Car l'animal non-humain est un animal
Et la vie c'est la vie
Elle n'est d'aucune hiérarchie
Même si, avec le temps, elle se complexifie!
Tous les jours, en 2012, dans le monde
Et par milliers, infernale ronde
En France et donc ailleurs, sans aucune cour
Des femmes sont violées
Leurs sexes sont forcés
Et à jamais traumatisés
Leurs esprits sont faussés
Et à jamais rancuniers
Chaque jour
200 viols en France
Chaque  année, dans le monde
Au moins, un million de viols, c'est la transe!
Et peu de plaintes sont déposées
Seulement une minorité est donc classée!
Et c'est le plus souvent
Un familier ou un proche
C'est encore plus moche
Mais la prison
N'est jamais la solution
Car la prison
Est toujours une régression
Ce qu'il faut
Et ce dès l'enfance
C'est une nouvelle éducation
Pour éradiquer toute future violence
Et accoucher un monde nouveau, et bon!
La misère sexuelle
Du mâle, dans l'odieux, peut s'exprimer
Car à la sexualité, on coupe les ailes
De plus en plus
Tout se fait, sans amitié
De plus en plus
Tout se fait, sans amour
Les consciences sont violées
Les sexes sont marchandisés
Le viol est global
Le viol est général
Tout est lié, en ce domaine
Comme en toutes choses
Et tant que la raison, restera vaine
Rien ne sentira la rose!
Rien n'est jamais inventé
Tout a toujours existé
Comme les kamikazes japonais, pas si déments
Simplement, il n'y avait plus de carburant!
De génération en génération
Troisième chimpanzé, nous ne faisons qu'imiter
Déjà, les magistrats français
Qui en 1894, aux interdits, se gargarisaient
Pour avec des bouts de corps
De fameux guillotinés anarchistes, propagandistes par le fait
Se faire de beaux objets
C'était l'époque sans équivoque
De feu l'anarchiste (1874-1894) Léon-Jules Léauthier
Contre un ministre serbe, à l'attentat raté
Rien n'est d'aujourd'hui
Tout est d'hier, jamais, on ne le dit
Comme les restaurants du coeur
De feu (1855-1929) Caroline Rémy ou Séverine, pleine d'ardeur
Avec l'asile de la presse
En 1890-1891, c'était mieux que la messe
Pour que les gueux puissent s'abriter
Pour que les miséreux puissent manger
On les appelait alors, les " sans-feux "
Où la malchance sociale, se pressait, à qui mieux mieux
Sous tous les régimes
Quand des réactionnaires manifestent
La répression est inexistante, ou minime
Forcément, car est réactionnaire, tout régime
Comme en novembre 2012, en France
Quand les droites conservatrices et religieuses, de la finance
Font des démonstrations, contre le mariage homosexuel
Et agressent physiquement des féministes, ô belles femelles!
Dans tous les pays
C'est le même processus
Les réactionnaires sont en consensus
Les sadiques et les masochistes, ils les sucent!
Mais souvent, comme en France, à l'UMP
Leurs cadres sont souvent en rivalité
Crétins, mafieux, refoulés, c'est leur majorité!
Mais après tout
Cela n'est que de la politique
Le monde des horreurs et du fric
Tout y est pourri, tout y est fou
Comme moi
Il ne faut jamais voter
Comme moi
Avec rien, il ne faut se marier
Dans nos sociétés
Si profondément réactionnaires
Tous les arts sont réactionnaires
Dans nos sociétés
Si obstinément retardataires
Nos amours, nos amitiés, sont des chimères
C'est le règne
De la pensée séparée
C'est le règne
De la pensée fragmentée
Voilà pourquoi
Les viols du corps
Voilà pourquoi
Les viols de l'esprit
Tout sur Terre, respire cette alchimie
Chaque être humain
Est rempli de prétention
Malgré une répugnante surpopulation
Partout
Nous voyons nos doubles
Partout
Nous voyons nos triples
Ce que nous aurions pu être
Et que nous ne sommes pas
Et que nous sommes, malgré tout, sans le paraître
Ce sont nos pulsions
Qui nous pensent
Ce sont nos pulsions
Qui nous dansent
C'est le cerveau reptilien
Toujours le plus malin
C'est le cerveau reptilien
Qui nous vient
De très très loin
La réflexion sur quelque chose
Est l'opposé de la réaction à quelque chose
La réaction à quelque chose
Engendre toutes sortes de viols
Enfante toutes sortes de guerre
C'est la pulsion qui s'affole
Et ainsi, beaucoup d'idées, sont fausses
Parfaitement admises, et personne ne s'en gausse!

            
                                                              Patrice Faubert (2012) pouète, puète, peuète, paraphysicien, Pat dit l'invité sur "hiway.fr"

      
"Only the writer without an audience can afford the luxury of being sincere. It is intended person at most yourself."

                                                    É.M. Cioran (1911-1995) "The evil demiurge"

And even if the gene
FOXP2 is the baggage
For language
It is however, the culture, which leads
And then the numbers
Do we wander
When stupidly, we want to compare
Differently because everything is organized
Between humans and chimpanzees
This is not a genetic code
A 99 percent identical
But 40 million
Mutations, 20 million
For men and 20 million
For chimpanzees, and therefore any number
Truth is a shadow!
One percent is low
20 million is huge, it's not the same fire
Any comparison is thus truqueuse
When you want the unfortunate reality
Certainly, we must hypnotize the public
Counts wielding the cudgel
When science wants fairytale
What knowledge, is never beneficial!
Everywhere appears reification
In humans disoriented, lonely
Where everyone always loses
No real encounter is possible
When the brain grid fuse
No, this company is not funny
Because to live, must be sycophant!
And Krapina in Croatia, also as
The prehistorian tells us
According to some vestiges
Us dizzy
Cannibal, would have been Neanderthals
But to prove with certainty is the holy grail!
And then what?
Nowadays, we eat animal meat
And it would be a lesser evil?
And without funeral rites
And without food rite
As the crisis dipsomaniac
A sort of cult kleptomaniac
Eat any animal
It is to be a kind of cannibal
Because the human animal is an animal
For the non-human animal is an animal
Life and that's life
It is no hierarchy
Although, over time, it becomes more complex!
Every day in 2012, the world
And thousands infernal round
In France and therefore also without any court
Women are raped
Their sexes are forced
And forever traumatized
Their minds are distorted
And never spiteful
Every day
200 rapes in France
Every year in the world
At least one million rapes is the trance!
And few complaints are filed
Only a minority is closed!
And it is most often
A pet or loved one
This is even more ugly
But the prison
Is never the solution
Because the prison
Is always a regression
It takes
And that from childhood
This is a new education
To eradicate any future violence
And deliver a new world, and good!
Sexual misery
The male in the heinous, can be expressed
As sexuality, we cut the wings
Increasingly
Everything is done without friendship
Increasingly
Everything is done without love
Consciences are violated
The sexes are commodified
Rape is global
Rape is generally
Everything is connected in this field
As in all things
And as reason, will be futile
Nothing feels the pink!
Nothing is ever invented
Everything has always existed
As the Japanese kamikazes, if not demented
Simply, there was no more fuel!
From generation to generation
Third chimpanzee, we are imitating
Already, French magistrates
That in 1894, the prohibited to gargarisaient
With tips for body
Guillotined of famous anarchist propaganda by the fact
Make beautiful objects
It was the time unequivocally
Fire anarchist (1874-1894) Léon-Jules Léauthier
Against a Serbian Minister at the assassination attempt
Nothing today
Everything is yesterday, forever, we do not say
Restaurants as heart
Fire (1855-1929) Caroline Rémy Séverine, full of ardor
With Asylum Press
In 1890-1891, it was better than the mass
That beggars can shelter
For the destitute can eat
They were called the "no-fire"
Where the misfortune social pressed, as best they
Under all regimes
When reactionary show
Punishment is nonexistent or minimal
Inevitably, as is reactionary, any system
As in November 2012, France
When the straight conservative and religious, financial
Make demonstrations against gay marriage
And physically assaulting feminists, O beautiful females!
In all countries
This is the same process
Reactionaries are in consensus
Sadists and masochists, they suck!
But often, as in France, UMP
Their frames are often in competition
Goons, mafia, repressed, it is their majority!
But after all
This is only the political
The world of horrors and money
Everything is rotten, everything is crazy
Like me
Should never vote
Like me
With nothing, he must marry
In our societies
So deeply reactionary
All the arts are reactionary
In our societies
So stubbornly backward
Our loves, our friendships are chimeras
It is the reign
Of separate thought
It is the reign
The fragmented thinking
That's why
Rape of the body
That's why
The rape of the mind
Everything on Earth, breathe the alchemy
Every human being
Is filled with pretension
Despite overcrowding disgusting
Everywhere
We see our double
Everywhere
We see our triple
That we could be
And that we are not
And we are, after all, without seeming
These are our impulses
We think
These are our impulses
We dance
This is the reptilian brain
Always the smartest
This is the reptilian brain
That comes
Very far
Thinking about something
Is the opposite of the response to something
Reaction to something
Generates all kinds of rape
Birth to all kinds of war
This is the impulse that panics
And so many ideas are false
Perfectly acceptable, and nobody mocks!

            
                                                              Patrice Faubert (2012) pouète, puète, peuète, paraphysicien, Pat said the guest on "hiway.fr"